Pluie d’automne : lutter contre l’humidité du poulailler..

Les poules sont bien plus sensibles à l’humidité qu’au froid, particulièrement les poules naines. L’humidité provoque rhumes, coryzas, problèmes respiratoires, gale des pattes entre autres. Un poulailler bien construit et étanche évitera à cette humidité de pénétrer, et des nettoyages réguliers accompagnés d’un changement fréquent de litière maintiendront les poulettes au sec..!!

Un poulailler bien conçu

Les parois

Si votre poulailler est en bois, celui-ci doit être traité autoclave ou bien le faire vous même avant la construction ou le montage. Le traitement peut se faire avec de l’huile de lin, qui est imperméabilisante ou avec des lasures après un traitement antifongique et insecticide. Si votre poulailler offre aux poules une volière, ou s’il possède des ouvertures grillagées, les pluies peuvent facilement y entrer, surtout si ces ouvertures sont exposées au vent. Pour empêcher ce problème, placez des plaques de plexiglass sur ces ouvertures, mais pensez à toujours laisser de l’air circuler, par exemple en ne couvrant pas l’ouverture jusqu’en haut. Non seulement les poules ont besoin d’un espace bien aéré, mais en plus cette aération évite la condensation. Une autre solution est de mettre des volets à vos fenêtres !

Le sol du poulailler

Préférez un sol en dur, si vous laissez la terre battue, à moins d’une étanchéité absolument parfaite, l’eau rentrera et le poulailler deviendra un champ de boue et sera difficile à nettoyer. Un sol en dur, dalle ou plancher bois, permet également que les poules ne creusent pas le sol et que les rats ne rentrent pas. Une dalle béton demande de gros travaux, il est possible de tout simplement poser le poulailler sur un support, des parpaings par exemple. L’air circule ainsi en-dessous et l’humidité ne peut pas remonter.
Les poulaillers sur pilotis sont avantageux : pas d’humidité venant du sol et leur hauteur permet de très facilement nettoyer, ce qui invite à le faire plus souvent !

Le toit du poulailler

Le toit doit être légèrement en pente et il doit dépasser des murs. Choisissez le revêtement en fonction de la structure, mais il doit empêcher l’eau de s’infiltrer : toile bitumeuse, tôle (si vous isolez à l’intérieur), tuiles.
Une évacuation des eaux de pluie ruisselant du toit peut être prévue, installez une gouttière et un récupérateur d’eau.

Des poules au sec et au propre

Une hygiène irréprochable

Une désinfection du poulailler tant que les beaux jours sont encore là est une bonne chose, avant que les poules n’y passent beaucoup plus de temps.
Changez la litière très fréquemment, car elle devient vite sale et humide, et c’est là que vont se développer les maladies. Lorsque les poules rentrent mouillées, ou avec les pattes mouillées dans le poulailler, elles doivent pouvoir se sécher, et si elles gardent l’humidité au niveau des pattes, ça peut provoquer la gale.
Des plateaux à déjections placés sous les perchoirs évitent que le sol soit souillé. Le nettoyage est plus simple et il n’y a pas de proximité immédiate entre l’humidité de la litière et les fientes des poules.

Choisir une bonne litière pour l’automne

  • La paille est fréquemment utilisée car elle isole bien, et en plus sa décomposition dégage de la chaleur, mais se mouille facilement.
  • Les copeaux de bois sont bien absorbants, ce qui est un bon point au niveau de l’humidité, maïs vérifier que le bois ne soit pas traité.
  • La paille de lin : évite les odeurs et retient relativement bien l’humidité.
  • La paille de chanvre : économique, elle a un énorme pouvoir absorbant et forme un bon compost pour le jardin !