Chouette la courgette !

Légume d’été par excellence, la courgette est facilement associée aux ratatouilles, gratins, ou encore aux délicieux beignets qui subliment si bien ses fleurs jaunes. Mais savez-vous que la courgette ne se consomme en l’état que depuis le 18ème siècle ? Même si la tentation est grande de lui consacrer des pages et des pages, nous avons opté pour un petit résumé des 6 choses à connaître au sujet de ce curieux légume.  

Elle vient d’une famille nombreuse

Originaire d’Amérique Centrale, l’histoire raconte que ce légume fruit (ainsi nommé puisque l’on consomme les fruits de la plante), comme bien d’autres, est découvert en même temps que le Nouveau Monde par les explorateurs portugais.

Appartenant à la famille des Cucurbitacées, elle a donc pour cousin(e)s les melons, les pastèques, les concombres et autres cornichons, pour les plus connues.

Sa famille rapprochée est constituée de toutes les plantes appartenant au genre Cucurbita, regroupant des plantes grimpantes dont les 3 espèces majoritaires ont pour noms botaniques  Cucurbita pepo (courgette, courge, citrouille, pâtisson), Cucurbita maxima (potirons) et Cucurbita moschata (courge musquée). Comme pour n’importe quelle famille comptant un nombre important de membres, il n’est pas toujours facile de s’y repérer dans les différentes branches !

A l’origine, courges et courgettes, en plus d’alimenter les peuples qui les cultivaient, servaient également dans la fabrication d’ustensiles de cuisine, d’instruments de musique et de gourdes pour transporter l’eau. La gourde calebasse est d’ailleurs un type de courge !

Elle a su se faire une place au soleil

Contrairement à d’autres légumes, cette famille nombreuse a très rapidement conquis l’Europe et l’Asie. Au départ, le fruit de la plante est consommé à l’automne et en hiver, à maturité complète. On l’appelle alors courge d’hiver. Il est particulièrement apprécié pour la taille de ses fruits et son rendement important.

Au XVIIIème siècle, soit près de 300 ans après sa découverte par les Européens, la courge est cultivée dans les prestigieux jardins de Versailles et inspire à l’agronome du Roi, Antoine Nicolas Duchesne, l’ouvrage Histoire naturelle des courges, riche de descriptions détaillés et de 258 dessins mettant à l’honneur cette famille riche de multiples formes et couleurs.

La forme de courgette, allongée et assez courte, assez proche de celle du concombre, n’est véritablement apparue qu’au XVIIIème siècle après de longs travaux de sélection et lorsque les Italiens eurent l’idée de consommer les fruits au stade immature, c’est à dire encore très jeunes et verts. C’est pourquoi elle s’est d’abord appelée courge d’Italie. La courgette s’est ensuite démocratisée dans la cuisine provençale dans les années 1930.

Sa culture est simplissime

A semer, c’est un jeu d’enfant ! Pourquoi ? Parce que ses graines sont grosses, donc faciles à manipuler. Elles se sèment en début de printemps dans des petits pots prévus à cet effet (godets) et remplis de terreau, à raison de deux ou trois graines par godet. Il suffit de les recouvrir d’1 cm de terreau, d’arroser et de les placer au chaud. Dix jours plus tard, les premières plantules apparaissent, parfois encore prises au piège dans l’enveloppe de la graine.

Lorsque les plants ont trois ou quatre feuilles et que les risques de gel ou de grands froids sont écartés, vient le moment de les repiquer à leur emplacement définitif, dans le potager. Choisissez une exposition ensoleillée car la courgette aime la chaleur. Il faut laisser suffisamment d’espace entre chaque plant pour qu’ils puissent s’épanouir pleinement. N’oubliez pas de pailler afin de bien conserver l’humidité du sol, la courgette étant particulièrement gourmande en eau !

Il est également possible de semer directement dans le potager vers la mi-mai, mais avec le double risque de conditions météorologiques trop difficiles à supporter pour un tout jeune plant et d’oiseaux gourmands qui se délecteront des graines fraîchement semées.

La courgette se plaît volontiers à proximité des choux, radis, salades, carottes, pois, fèves et haricots. Capucine, souci et œillet d’Inde, semés à proximité éloigneront les insectes ravageurs. La bourrache, semée autour des plants de courgette, favorisera la venue des pollinisateurs, indispensables à la fécondation des fleurs femelles. En effet, chaque pied de courgette comporte des fleurs mâles, contenant le pollen, et des fleurs femelles, accrochées à l’extrémité d’une mini-courgette. Pour que le fruit arrive à maturité, la fleur femelle doit être fécondée par le pollen de la fleur mâle. Sans insecte pollinisateur à proximité, il est toujours possible de procéder à une fécondation manuelle sur vos plants de courgette.

Bon à savoir

Les cucurbitacées appréciant la chaleur, il ne faut pas être tenté de les semer trop tôt. Les semis tardifs de juin peuvent être parfois plus productifs que des plants qui ont pris froid en avril-mai.

Elle court, elle court, la courgette !

Il existe des variétés de courgettes coureuses et des variétés non coureuses. Rien à voir avec leur capacité à tenir la distance lors d’un marathon.

Il s’agit en fait de différencier les variétés dont la tige va ramper au sol ou grimper le long d’un support pour atteindre parfois très facilement les 3 m de longueur / hauteur, des variétés non coureuses dont la tige est courte et qui se développent alors sous forme de rosette.

Il est important de ne pas se tromper au moment de semer ou planter vos courgettes dans le jardin, afin de leur laisser un espacement suffisant, sans quoi elles pourraient bien envahir vos autres légumes qui n’apprécieraient que très modérément cet affront. Comptez un mètre entre chaque plant pour les variétés non coureuses et un mètre cinquante pour les variétés coureuses.

Elle est aussi gourmande que généreuse

Il vous est peut-être déjà arrivé de voir des graines de courgettes germer directement dans le compost. Ainsi, lors de la plantation de vos plants de courgettes au potager, pensez à enfouir du compost afin de booster la croissance de vos plantations !

La courgette, pour déployer son extravagant feuillage, est également gourmande en eau. Le paillage est indispensable pour maintenir un bon niveau d’humidité au sol et ainsi limiter les arrosages. Attention à bien arroser au pied des plants et non sur les feuilles, afin d’éviter le développement d’oïdium. Également appelée pourriture blanche, l’oïdium est provoqué par un champignon et se caractérise par l’apparition d’une sorte de poudre farineuse blanche se déposant sur les feuilles.    

Un avantage majeur des courgettes réside dans leur formidable rendement. Gourmandes, certes, elles vous le rendent au centuple au moment de la formation des fruits. N’hésitez pas à visiter vos plants régulièrement et à écarter les gigantesques feuilles, à la recherche des fruits cachés avant qu’ils ne deviennent trop gros. La générosité de la courgette pourra même vous gagner lorsque vous croulerez sous votre production et que les courgettes matin, midi et soir vous lasseront. Alors à votre tour de faire des heureux !

La fleur de courgette est, elle aussi, comestible (préférez les fleurs mâles) et se cuisine notamment en beignet, comme le veut la spécialité niçoise tant appréciée dans notre région.

Il en existe pour toutes les envies !

Longues ou rondes ; verte, jaune, grise, blanche ou striée ; il y en a pour tous les goûts. La règle est la même pour toutes : ne pas les cueillir trop tardivement, afin d’éviter l’apparition des graines au centre du fruit. Les fruits apparaissent au bout d’un mois et demi à deux mois. Pour les courgettes longues, il est conseillé de les ramasser lorsqu’elles mesurent 20 à 30 cm de longueur.

Quelques variétés recommandées par votre Coop’ :

  • Pour des paniers bien remplis et une résistance aux maladies maximale, optez pour les références Anissa (fruits courts vert foncé), Bélor (nombreux fruits vert foncé) ou encore Adrielle (fruits vert clair).
  • Pour de superbes fruits jaunes qui égayeront votre potager, optez pour Orélia ou pour sa version Bio Gold Rush.
  • Pour de petites courgettes rondes à farcir, choisissez la Ronde de Nice.
  • Vous pouvez également opter pour les grands classiques du jardin que sont la Verte Noire Maraîchère (en version classique ou bio) et la Non Coureuse d’Italie.
  • La courge longue de Nice vous donne la possibilité de consommer ses fruits jeunes, au stade courgette, ou à maturité, au stade courge pour les soupes d’hiver. Elle a l’avantage de ne contenir que très peu de graines et d’offrir une chair d’une qualité gustative exceptionnelle.
  • Enfin, si vous préférez les surprises, tentez les courgettes en mélange de couleurs . Vous découvrirez leur couleur au moment de la fructification !