Pensez aux oiseaux du jardin..

Vous les aimez ces petits oiseaux qui mettent de l’animation au jardin tout au long de l’année. Durant les beaux jours ils nettoient le jardin des chenilles et autres insectes nuisibles, vous rendant de fiers services. En hiver, c’est à votre tour de les aider : installez nichoirs et mangeoires pour les aider à passer la saison froide !

Les nichoirs

Quel intérêt de placer des nichoirs avant l’hiver me direz-vous alors que les nichées ne sont pas encore à l’ordre du jour ? C’est que notre gent ailée a besoin de se mettre à l’abri durant les frimas et nombre de ces volatiles n’a pas encore prévu de gîte confortable.

Alors que les plantes caduques perdent leur feuillage et n’offrent plus guère de protections aux nids, il devient indispensable de penser aux oiseaux déshérités. Une bonne connaissance des espèces locales permet de savoir le type de gîte, la grandeur du trou d’accès, l’exposition idéale ainsi que la hauteur optimale comme l’environnement (sylvestre ou dépouillé) idéal.
Gare aussi aux infiltrations d’eau et autres ruissellements rendant le gîte impropre à la nidification. Au besoin, prévoyez une avancée de « toit » protectrice ou inclinez le nichoir, percez quelques trous à sa base pour assurer un drainage.

Dans tous les cas, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) vous sera très précieuse quant aux renseignements dispensés au niveau national ou local. Le contact localement avec des passionnés s’avère aussi très formateur. Et qui sait si, avec le temps, vous ne ferez pas de votre jardin un refuge labellisé LPO ?

En présence d’écureuils, ces animaux facétieux, il sera prudent de renforcer les orifices d’accès d’un anneau métallique. Ainsi, vous empêcherez ces rongeurs de les agrandir avec leurs dents pour s’y faufiler et s’y installer tout à loisir en lieu et place des oiseaux attendus.


Pensez aussi à nettoyer chaque année, en automne, les gîtes (démontage puis lavage avec un kit de nettoyage) déjà mis en place afin de limiter la propagation des maladies.

Les mangeoires

Lorsque les frimas s’installent et que les ressources naturelles de nourriture se font rares (plus de graines ni de baies, sol gelé empêchant toute quête de vers, etc.), prenez le relais en disposant des mangeoires à approvisionner et nettoyer régulièrement. Là encore, choisissez un endroit ensoleillé et protégé des rapines de chats : en hauteur et isolé des autres supports. Évitez les recoins par trop exigus et dangereux.

Les écureuils sont des profiteurs intrépides de ces points de ravitaillement. Ils sont capables d’user de stratagèmes ingénieux pour parvenir à leurs fins, au prix d’un véritable parcours du combattant. Soyez plus malins qu’eux.
Garnissez les mangeoires de nourritures variées pour attirer et nourrir un grand nombre d’oiseaux : petites et grosses graines, boules de graisse ou larves et vers, fruits secs (non salés) ou gâtés…

Suspendez dans les arbustes des distributeurs de graines et de pains de graisse pour le plaisir des mésanges et sittelles acrobates. Leur spectacle est des plus réjouissant. Toutefois, n’approvisionnez pas ces mangeoires avant les premières gelées et cessez tout nourrissage après l’arrivée du printemps. Laissez alors les oiseaux dénicher par eux-mêmes une nourriture naturelle saine et des mieux adaptées à leurs besoins du moment.

Plantez pour les oiseaux

Lors de la mis en place de haies ou de massifs, pensez à nos amis les oiseaux et choisissez des essences servant de gîte et/ou couvert. L’automne est une saison idéale pour installer des ligneux (arbres ou arbustes) à racines nues, ce qui s’avère une solution des plus économiques. Bien souvent les petits sujets rattrapent rapidement dans leur croissance les pieds plantés plus gros.

N’oubliez pas l’eau !

Elle est indispensable à la bonne santé des oiseaux. Disposez donc des « bains d’oiseaux », des coupelles et abreuvoirs disséminés dans le jardin. Veillez à ce qu’ils restent propres et que l’eau y soit régulièrement renouvelée, surtout en été.

En revanche, en hiver, l’eau est toujours aussi indispensable à la santé des oiseaux et il faut jouer d’inventivité pour qu’elle ne prenne pas en glace. Placez les contenants devant une fenêtre ou une bouche d’évacuation de la maison, prévoyez une fontaine en circuit fermé ou encore une résistance électrique empêchant tout gel. Une à deux gouttes d’huile (de cuisine) limitent aussi les risques de prise en glace.