Mon rosier ne fleurit plus

Le rosier est un bel arbuste dont le charme n’a plus besoin d’être vanté, très esthétique et qui offre une profusion de fleurs à la belle saison. Il se révèle de plus tellement varié que tout un chacun trouvera le rosier idéal. Du culture facile, il ne demande pas un entretien contraignant, mis à part sa taille. Pour autant, il arrive que tout d’un coup mon rosier ne donne pas de fleurs, ou pire, qu’il n’en fasse jamais ! Pourquoi mes rosiers ne font pas de fleurs ? Quelles sont les conditions qui favorisent ou défavorisent cette floraison tant attendue ?

Mon rosier ne donne pas de fleurs, pourquoi ?

Un problème d’engrais

De nombreux engrais sont riches en azote. Ce nutriment indispensable intervient lors du développement des parties aériennes du rosier, il favorise un feuillage dense. Mais utilisé en excès ou au mauvais moment, il va se montrer contre-productif, car il va favoriser le développement du feuillage au détriment de celui des fleurs. Respectez bien le dosage indiqué par le fabricant ainsi que la période d’apport, généralement lors de la plantation ou au début de la période végétative, lorsque le feuillage pointe son nez.

Des parasites

  • Les nématodes sont des vers microscopiques qui s’attaquent aux racines des végétaux. Cela entraîne des défauts d’absorption des nutriments et de l’eau et peut donc provoquer des problèmes de développement, notamment au niveau de la formation des bourgeons à fleurs.
  • Les thrips sont des insectes suceurs minuscules qui se nourrissent en piquant directement dans les pétales, ce qui provoque des déformations et des décolorations des fleurs.

Une taille au mauvais moment

J’ai taillé mon rosier au printemps et il ne donne pas de fleurs. La taille est fort utile pour le rosier, densifiant ses branches, améliorant sa floraison, revigorant un sujet un peu faible, calmant un rosier trop poussant.

Mais il est important de tailler à bon escient. On distingue 2 types de rosiers :

  • Les remontants fleurissent une première fois au printemps, ralentissent voire stoppent durant les fortes chaleurs, puis recommencent à fleurir en fin d’été début d’automne. Leurs fleurs apparaissent sur les tiges de l’année. La taille principale se réalise en février-mars, une petite taille d’entretien peut être réalisée au cours de l’été.
  • et les non remontants, qui fleurissent seulement entre la fin du printemps et le début de l’été. Leurs fleurs apparaissent sur les tiges de l’année précédente, c’est pourquoi la période de taille, estivale pour eux, est cruciale. Si vous taillez après la mi-juillet, vous n’aurez pas de fleurs l’année suivante. Le signe est la fin de leur floraison, ils auront ainsi le temps de développer de belles tiges pour porter les fleurs de l’année suivante.

Un manque de lumière

Une absence de la nécessaire quantité de lumière solaire directe peut empêcher le rosier de fleurir. Il est conseillé de planter le rosier dans une zone où il recevra au minimum 5 heures de soleil par jour, en moyenne. Si sa floraison est pauvre, voire absente, essayez de le bichonner en lui offrant de l’engrais spécifique pour les rosiers et du purin d’ortie qui lui donnera un petit coup de fouet. Essayez autant que possible de le dégager afin qu’il reçoive autant de lumière que possible et arrosez-le régulièrement. S’il ne fleurit pas plus l’année suivante, il vous faudra le changer de place.

Une maladie

L’oïdium est une maladie courante du rosier, reconnaissable par le feutrage blanc qui se pose sur les feuilles et autres parties du rosier. La floraison peut en être durement affectée. Aux premiers signes, appliquez un produit à base de soufre.

Un stress

Mon rosier ne donne pas de fleurs alors qu’il en est d’habitude couvert. Le stress engendré par une agression, directe ou indirecte, peut empêcher le rosier de fleurir. Coup de froid ou de chaud, épisode venteux, agression de pathogènes…

Comment favoriser la floraison des rosiers ?

Comment faire fleurir mon rosier ? Il a besoin de conditions favorables pour offrir une belle floraison.

  • Plantez-le dans un sol riche et bien drainé à un emplacement très lumineux, idéalement 6 heures au moins de soleil par jour pour un rosier qui demande une exposition ensoleillée, 4 h pour un rosier qui supporte les expositions semi-ombragées.
  • Supprimez les fleurs lorsqu’elles sont fanées.
  • Lors de la taille, supprimez les gourmands, ces rejets du porte-greffe qui utilisent la sève au détriment du greffon. Ils sont très reconnaissables car ils sont d’une extrême vigueur et sortent souvent de sous la terre car sous le point de greffe.
  • Nourrissez-le en lui offrant des matières organiques au printemps, du compost bien décomposé par exemple ou bien du fumier de cheval (mais dans ce cas 1 fois tous les 3 à 4 ans seulement et avant l’hiver), et apportez-lui de la corne broyée pour favoriser sa floraison. L’engrais est très important pour un rosier en pot, car il épuise rapidement les ressources contenues dans ce volume limité de terre. Pensez également à lui offrir un surfaçage une fois par an ou tous les 2 ans, en enlevant un peu du terreau en surface pour le remplacer par un terreau frais enrichi en matières organiques. Un ajout de terreau sera fait tous les ans car il y a une déperdition au cours de l’année.
  • Arrosez-le au cours des périodes de sécheresse et tout au long de l’été s’il s’agit d’un jeune sujet.

Comment faire refleurir un petit rosier ? Les rosiers remontants sont très généreux et quelques bons soins leur permettront de faire le plein de ressources avant une nouvelle fournée. Supprimez ou rabattez les branches les moins vigoureuses, en les coupant au-dessus d’un œil et apportez-leur un engrais spécial rosier avec l’eau d’arrosage ou bien proposez leur un amendement organique une fois fin mai à début juin, une fois fin juin à début juillet.

Quel que soit le problème de mon rosier, c’est une observation attentive qui va me permettre de déterminer la cause de ce problème. Si mon rosier ne donne pas de fleurs, quelques points sont à vérifier : a t-il un feuillage luxuriant qui désigne un excès d’azote, ses feuilles, ses bourgeons, ses racines ou ses tiges portent-elles la trace de parasites, l’avez-vous taillé au printemps sans savoir de quel type de rosier il s’agissait, reçoit-il suffisamment de soleil ? Éliminez point par point les éventualités, jusqu’à trouver LE responsable, et il n’y a plus qu’à !