Guide fruitier : des pousses d’idées pour bien choisir son arbre!

Si vous raffolez de la tarte aux citrons, le citronnier, lui, ne regarde pas vos goûts. Pour s’épanouir, un fruitier sollicite une réflexion approfondie: superficie disponible, climat régional, taille, forme, type, entretien… Ce guide fruitier vous apporte tous les conseils pour bien choisir et réussir l’intégration de votre futur arbre dans votre jardin!

Quelques clés pour commencer

VOTRE JARDIN

Certains arbres fruitiers peuvent facilement s’étaler, quand d’autres pourront être contenus par des tailles ou palissages, sans parler des fruitiers nains qui se contenteront d’un bac. Pour un pré-verger, choisissez des fruitiers de forme libre (tige, demi-tige ou plein vent) pour un épanouissement maximal. Tenez compte des distances de plantation entre les pieds et entre espèces, en n’atteignant jamais le niveau de plantation maximal. Pour les petits espaces, les formes conduites en fuseau, cordon, gobelet ou palmette sont préconisées et demandent une taillent régulière. Vous pouvez par ces biais exploiter un mur ou une barrière délimitant votre coin de verdure.

POLLINISATION

Certains arbres fruitiers sont dits « autofertiles »: ils n’ont besoin d’aucun autre arbre de leur espèce auprès d’eux pour fructifier. Pratique, si vous n’avez la place que pour un seul pied. Néanmoins pour faire co-habiter plusieurs arbres, il faut penser à bien choisir les variétés en fonction de leur relation pollinisateur-pollinisé. Par exemple, pêchers et poiriers ne peuvent pas fructifier sans la présence d’un pollinisateur.

LES PORTE-GREFFE

La plupart des arbres fruitiers sont issus d’une greffe, combinant les caractéristiques du porteur de la greffe et de la variété greffée. Le « porte-greffe » détermine la quantité de feuillage, la résistance à la maladie ainsi que la précocité de la mise à fruit. Un porte-greffe réputé de faible végétation produira plus rapidement des fruits, convenant bien à un petit jardin. Les variétés greffées font partie des plus résistantes et tenaces. Toutefois, il faut patienter plus longtemps avant leur première fructification.

LES FRUITS

Investir dans un arbre fruitier, c’est un engagement sur le long terme. Il faudra aussi prendre en compte les périodes de récolte, le temps de conservation des fruits, leur utilisation réelle chez vous… Autant ne pas négliger le choix du fruit, en fonction des caractéristiques de votre espace bien sûr, sur ses qualités gustatives. On ne prend pas un fruitier pour décorer!

Caractéristiques des principaux fruitiers

-POMMIER-

Très ancien, il est cultivé partout en France. Ses nombreuses variétés permettent au pommier de couvrir une longue période de récolte, de juillet à octobre. Pour les climats froids, privilégier les « Melrose », « Belle de Boskoop » ou « Cox orange ».

Quantité: toujours par deux pour fructifier.

Sol: tout type. Il doit cependant être profond, riche et perméable.

Exposition: soleil direct, sans excès.

-POIRIER-

Un arbre à climat tempéré. Le poirier aime la chaleur, il est bien dans le Sud. il peut s’adapter à un climat froid s’il est protégé des vents, de l’humidité et du gel.

Quantité: toujours par deux pour fructifier.

Sol: il doit être riche, limoneux ou silico-argileux, perméable et profond. Évitez les terrains sec ou trop calcaires, et l’humidité stagnante.

Exposition: plein soleil.

-PÊCHERS, NECTARINES ET BRUGNONIERS-

Auparavant le coeur au Sud, plusieurs variétés présentent de nos jours une meilleure résistance au froid. Ces arbres se plairont palissés contre un mur exposé au soleil.

Sol: tout type, léger et bien drainé. Évitez les terres trop humides et calcaires.

Exposition: plein soleil.

-ABRICOTIERS-

Cultivé en général sur le pourtour du bassin méditerranéen, il conviendra de choisir parmi les variétés « Rouge du Roussillon » et « Bergeron » pour installer l’abricotier dans une région fraiche. S’il fait bien trop froid, il faudra protéger vos arbres, ou bien opter pour un abricotier nain, à rentrer sous abri en hiver.

Sol: tout type, même caillouteux et calcaire. Il doit être chaud et perméable.

Exposition: chaude et ensoleillée, à l’abri des vents froids et des gelées printanières.

-PRUNIER-

Le plus accommodant, pouvant s’adapter à n’importe quel climat. Le prunier résiste à la sécheresse et au froid hivernal.

Sol: léger profond, drainant, riche, un peu acide, sans humidité stagnante.

Exposition: soleil direct, à l’abri des vents forts.

-CERISIER-

Sa floraison tardive lui permet d’être cultivé partout. Le Cerisier a néanmoins besoin de soleil, orienté sud et à l’abri des vents.

Sol: léger, profond, même caillouteux ou calcaire, mais pas trop humide.

Exposition: ensoleillé, sans être brûlant. À l’abri des vents durant la floraison.

-COGNASSIER-

Avec une floraison tardive, il est cultivable dans toutes les régions de France.

Sol: riche, profond, léger mais sec, jusqu’à aride. Évitez les terres calcaires et humides.

Exposition: plein soleil non brûlant, mi-ombre légère, à l’abri du vent.

-AMANDIER-

Très cultivé en méditerranée, l’amandier a une floraison précoce qui craint les gelées printanières. il a besoin de chaleur pour mûrir ses fruits. La variété « All in one » peut trouver sa place même dans le nord, si elle est bien protégée.

Sol: perméable, léger, pierreux, calcaire, sec. Évitez l’humidité stagnante.

Exposition: plein soleil.

-FIGUIER-

Méditerranéen par excellence, le figuier résiste quand même bien au gel. Toutefois ses fruits ne mûrissent bien qu’avec des températures régulières et élevées. Le figuier donne 1 à 2 récoltes par an.

Sol: léger, plutôt sec, pauvre, calcaire.

Exposition: soleil, à l’abri du froid.

-KAKI-

Pour fructifier le kaki a besoin d’un été long et chaud, rendant la récolte très dépendante de la belle saison dans les régions froides.

Sol: tout type, riche, profond, fertile, plutôt sableux. Évitez l’humidité stagnante.

Exposition: plein soleil, dans un endroit chaud et abrité des vents dominants.

-NOISETIER-

S’il résiste très bien au froid, le noisetier redoute la sécheresse, particulièrement lors de la formation de l’amandon. À noter qu’en exposant le noisetier au nord, vous retarderez sa floraison et lui éviterez donc ses gelées.

Sol: léger, même pauvre et caillouteux, peu calcaire, silico-arligeux. Évitez les sols argileux et humides.

Exposition: soleil direct assez doux, dans un endroit dégagé, ou à mi-ombre.

-CHATAIGNIER-

Il se comporte bien jusqu’à 500m d’altitude. Il a néanmoins besoin d’un été chaud et très ensoleillé. Installez-le dans un endroit abrité du jardin.

Sol: riche, sain, granitique, acide. Supporte les sols pauvres, mais profonds et perméables. Évitez les sols argileux et lourds.

Exposition: plein soleil, bien dégagée.

-NOYER-

Il se plaira partout excepté en zone gelive, trop ventée ou à une altitude supérieure à 300 ou 400m. Prévoyez un espace conséquent: 15 à 20m de diamètre de terrain bien dégagé.

Sol: profond, riche, frais, bien drainé, même calcaire. Évitez les sols très argileux, froids et humides.

Exposition: bien ensoleillée, protégée des vents froids et des gelées printanières.